CHENE PEDONCULE


Seule une sylviculture vigoureuse (grandes coupes pour son installation, mises en lumière répétées) permet sa présence en forêt, sans quoi il est rattrapé et étouffé par le hêtre. Son écorce d’abord grise et lisse devient épaisse et profondément crevassée. Ses feuilles alternes à lobes arrondis n’ont quasiment pas de tiges. Par contre, ses glands ont de longs pédoncules, d’où son nom de chêne pédonculé, contrairement à son cousin le chêne «sessile» dont les glands sont «assis » sur les rameaux.