MELEZE


Le mélèze colonise les couloirs à avalanches et les pâturages abandonnés. En plaine, il a besoin d’être dégagé de ses voisins feuillus, sans quoi il dépérit sous leur ombre. Seul résineux à perdre son feuillage en hiver, ses petites aiguilles délicieusement douces au toucher sont soit regroupées par pinceaux de 20 à 40 poils, ou seules sur le rameau de l’année. Ses petits cônes arrondis persistent durant des années et abritent des graines appréciées des oiseaux.